Assaël Adary

Comment faut-il communiquer à l'ère du digital ? À l'invitation du club Adetem Montpellier-Occitanie, du Club de la presse Occitanie et de l'Union des Conseils en Communication (UCC)  Méditerranée , Assaël Adary, l'un des coauteurs du Communicator, un ouvrage de référence, a apporté ses réponses le 2 octobre à Montpellier, lors d'une soirée consacrée aux nouveaux enjeux de la communication.

À ses yeux, les communicants ont quatre batailles à gagner, dans cette ère du digital : un, l'accès (au plus grand nombre) ; deux, la crédibilité ; trois, la confiance qui sera accordée à leur marque et, quatre, la bataille du temps : réagir vite, dans le tempo.

Concernant l'accès, il a rappelé, par exemple, que le taux d'ouverture des newsletters électroniques était très faible. Dans le meilleur des cas (newsletters internes), ça plafonnerait à 30 %, en moyenne. En outre, a-t-il ajouté, il faut tenir compte de l'illectronisme, néologisme adaptant le concept d'illettrisme au domaine de l'informatique (25% des Français seraient dans ce cas).

Il suggère aux communicants de s'organiser sur le modèle des médias. Comment ? Un, en développant de nouvelles compétences : agilité, écoute, expérimentation... Deux, en travaillant sur tous les formats : UX, VR, Dataviz, Motion Design... Trois, en gagnant en performance : Data, SEO, analytics... Quatre, en devenant experts des plateformes (compétence tempérée par la difficulté à comprendre les algorithmes développés par chacune d'entre elles). Cinq, en injectant de l'émotion dans leurs productions ( ce que les plus talentueux font déjà depuis longtemps).

Comme un auditeur lui faisait remarquer : ses conseils obligeraient à embaucher au moins cinq personnes d'un coup... Compliqué !

Cela dit, Assaël Adary a également fait quelques rappels nécessaires. Ainsi, cette sortie de Patrick Le Lay disant que TF1 vendait aux annonceurs du "temps de cerveau disponible". C'était en 2004. L'expression avait fait hurler. Force est de constater, 14 ans plus tard, qu'elle est devenue une règle pas qu'en télé, sur internet.

Retour aux actualités