Jean-François Blanchet, DG du groupe BRL

Le groupe Bas-Rhône Languedoc (BRL), une compagnie d’aménagement basée à Nîmes (Gard), rafle un important marché, au nez et à la barbe des grands cabinets d’études mondiaux, avec qui il était en concurrence.

Sa filiale BRL Ingénierie (BRLI) a signé le 20 septembre 2016 à Khartoum, au Soudan, avec les ministres de l’eau du Soudan, de l’Égypte et de l’Éthiopie, un contrat d’un montant de 4,5 M€ portant sur l’étude des impacts d’un des plus grands ouvrages en construction en Afrique : le barrage de la Renaissance, situé sur le Nil bleu, en Éthiopie, et destiné à devenir le plus grand centre hydro-électrique d’Afrique.

Lorsqu’il sera achevé, le barrage de la Renaissance pourra stocker plus de 70 milliards de mètres cubes d’eau ; il fournira 6000 mégawatts d’électricité à l’Éthiopie qui mise sur lui pour soutenir son développement. Le coût total du projet est estimé à 5 Md$.

Les études confiées à BRLI portent sur les impacts sociaux et environnementaux en aval du barrage, notamment au Soudan et en Egypte. Elles comprennent une modélisation des ressources en eau du Nil Bleu et du Nil aval (modèles d’allocation de ressources, de qualité de l’eau, de transport sédimentaire, …), et des études de l’impact de l’ouvrage sur l’environnement et les activités (irrigation, pêche, hydro-électricité…), précise le groupe BRL.

Ces études fourniront au comité tripartite composé des trois pays concernés (Éthiopie, Soudan, Egypte), le financeur du contrat, différents scénarios de gestion des ressources en eau du bassin et de gestion de l’ouvrage. Ces études vont durer onze mois. Elles sont lancées en novembre 2016 et mobilisent une trentaine d’experts.

Ce marché conforte le positionnement du groupe sur les grands enjeux environnementaux dans le monde, en particulier les conséquences du dérèglement climatique. « Ce projet, qui s’inscrit dans la stratégie de développement à l’international de BRL, illustre notre capacité à apporter une contribution concrète sur l’impact environnemental et social de grands projets, barrages hydro-électriques ou parcs éoliens offshore, s’inscrivant dans une transition énergétique nécessaire face au changement climatique », souligne Jean-François Blanchet (photo), le directeur général de BRL.

Retour aux actualités